L’Assemblée nationale n’est pas l’Onu

3 novembre 2023

Introduction

Mercredi dernier à l’Assemblée nationale, le député Haroun Bouazzi (de Québec Solidaire) a déposé une motion qui se lit comme suit :

Que l’Assemblée nationale demande un cessez-le-feu immédiat par toutes les parties dans le conflit en Israël et en Palestine et qu’elle appelle à nouveau au respect du droit international par toutes les parties.

Cette motion a été rejetée en raison du refus de la CAQ de l’appuyer.

Le Québec et l’actualité internationale

En principe, le droit d’intervenir sur la scène internationale est un pouvoir exclusif du gouvernement canadien.

Dans les faits, le Québec peut prendre la parole lors de rencontres internationales et peut signer des traités (à la condition d’appeler cela autrement) s’il le fait dans ses domaines de compétence constitutionnelle (la santé, l’éducation, l’urbanisme, le transport intraprovincial, les richesses naturelles, etc.).

Dans les pays où il le juge approprié, le Québec peut même posséder des ‘Maisons du Québec’ qui sont des consulats dépourvus du pouvoir de délivrer des passeports.

Mais si le Québec aspire à une véritable présence internationale, il doit d’abord faire son indépendance et hériter à cette occasion de tous les pouvoirs régaliens.

La guerre coloniale d’Israël en Palestine

Avant-propos : le Hamas n’est pas seulement un groupe terroriste, comme aiment à le répéter presque tous les chroniqueurs occidentaux. Le Hamas est aussi le gouvernement de la bande de Gaza. Un gouvernement qui n’est pas reconnu internationalement, mais qui prélève des taxes, finance les écoles et les hôpitaux, et maintient l’ordre public. Bref, le Hamas gouverne.

De manière épisodique, Israéliens et Palestiniens se font la guerre au Proche-Orient depuis des décennies. Le conflit actuel entre le Hamas et Israël en est un nouvel épisode. Un épisode qui devrait se solder par l’annexion territoriale du nord de la bande de Gaza par Israël, une annexion justifiée comme butin de guerre.

Face à la cruauté de ces affrontements — qui n’est rien d’autre que la barbarie habituelle de tous les conflits armés — des millions de Québécois sont horrifiés par ce qu’ils voient à la télévision et sur l’internet.

Parmi ces horrifiés se trouvent nos élus. Le projet de motion de Québec Solidaire offrait donc à ceux-ci une occasion de manifester leur indignation personnelle.

Mais l’Assemblée nationale est le lieu où les députés sont payés pour régler les problèmes du Québec et non les malheurs de l’Humanité. En d’autres mots, l’Assemblée nationale n’est pas l’Onu.

Multiculturalisme et haines ethniques

Le multiculturalisme est une forme de tribalisme où on perpétue activement l’appartenance ethnique en tant que facteur identitaire.

C’est ainsi qu’Ottawa subventionne la publication de journaux publiés dans des langues qui ne sont pas parmi les langues officielles du pays. De plus, le gouvernement fédéral finance de nombreuses activités au sein des diverses ‘communautés culturelles’.

En contrepartie, le multiculturalisme canadien encourage l’importation en sol canadien des haines ethniques.

C’est ainsi qu’on a élevé au Canada des monuments à la gloire des Ukrainiens nazis qui se sont illustrés de manière désavantageuse au cours de la Deuxième Guerre mondiale.

Commémorer leurs faits d’armes est une provocation pour les Canadiens dont les aïeuls (Juifs, Polonais ou Slovaques) ont été victimes de leurs massacres.

Autre exemple : en raison d’un financement généreux d’Ottawa, un ministre fédéral s’est retrouvé à la tribune d’honneur d’un défilé sikh où un char allégorique célébrait l’assassinat de la première ministre Indira Gandhi par deux de ses gardes du corps sikhs.

Ces derniers l’ont assassinée en 1984 parce qu’elle avait ordonné l’assaut par l’armée indienne du Temple d’Or (où s’étaient retranchés des rebelles sikhs).

Mais cette animosité de certains Sikhs canadiens contre l’Inde ne s’est pas arrêtée là.

Le 23 juin 1985, certains d’entre eux ont fait exploser un avion d’Air India, tuant 307 passagers (dont 82 mineurs). Parmi ces passagers se trouvaient 270 Canadiens, dont le pharmacien Gaston Beauchesne (de Hull).

Ces centaines de Canadiens ont été les victimes collatérales d’une haine qui n’a pas sa place au pays, mais qu’encourage le multiculturalisme canadien.

Dans un Québec indépendant

Le modèle québécois d’immigration préconisée par le gouvernement de René Lévesque s’appelle la Convergence culturelle. Elle se définit comme le métissage culturel au sein d’un creuset où le français est la langue commune.

Par exemple, la convergence culturelle ne demande pas au néoQuébécois qui vient d’un endroit du monde où son groupe ethnique est persécuté d’oublier le passé; il est même libre d’exercer, s’il le désire, son devoir de mémoire en rappelant les souffrances de son peuple d’origine.

Mais il doit laisser la haine au vestiaire en arrivant au Québec et se rappeler qu’aucun Québécois n’est coupable des crimes commis par ses semblables à l’Étranger.

Conclusion

Dans sa fable ‘Le coche et la mouche’, Jean de La Fontaine s’en prend à ceux qui se croient utiles alors qu’ils ne sont qu’une gêne.

Si elle avait été adoptée, la motion du député Haroun Bouazzi n’aurait rien changé à la situation au Proche-Orient.

Personne ne doute de la sincérité du député montréalais. Mais quel adulte peut croire sérieusement qu’il suffit pour des parlementaires de voter la fin d’une guerre pour qu’elle cesse.

J’inviterais donc le député Bouazzi à se ressaisir.

Un cessez-le-feu ne signifie pas la fin d’une guerre; quand les belligérants désirent ardemment s’entretuer, ils reprennent leurs hostilités à la moindre occasion. Et ils le font avec plus de vigueur après avoir refait leurs forces au cours de la suspension des hostilités.

Un cessez-le-feu devient permanent quand les belligérants sont épuisés de guerroyer, quand le faible capitule au fort, ou quand le fort juge qu’il en a assez.

Le gâchis actuel au Proche-Orient est le résultat de cinquante ans de diplomatie américaine. Si on veut sortir d’un cycle perpétuel de guerres entre Israéliens et Palestiniens, il faudra plus que de mignonnes motions de l’Assemblée nationale du Québec.

Références :
La convergence culturelle : communion et symbiose
La désinformation au sujet de la Division SS Galicie
La nostalgie nazie en Ukraine
Le charabia woke de l’interculturalisme
Le coche et la mouche
Le député Haroun Bouazzi en pleurs
Le grand-père de la vice-première ministre du Canada, un collabo nazi
Le multiculturalisme ou le tribalisme des sociétés anglo-saxonnes
Long-Distance Nationalism: Ukrainian Monuments and Historical Memory in Multicultural Canada
Vol Air India 182
Why India’s warnings about Sikh separatism don’t get much traction in the West

Compléments de lecture :
Mouawad et la guerre civile libanaise
Who are Israeli settlers, and why do they live on Palestinian lands?

Paru depuis : Israel’s attacks on Gaza: The weapons and scale of destruction (2023-11-09)

Un commentaire

| Politique internationale, Politique québécoise | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel