Rapport d’étape sur la mise au point de l’Infrarouge Fuchsia pour Foveon

17 février 2024
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Après avoir fait l’acquisition d’un appareil photographique doté d’un capteur Foveon, mon intention de départ était simplement de transposer sur cet appareil l’Infrarouge Rose bonbon découvert il y a trois ans sur un Panasonic GX1.

Mais après avoir testé plus de 70 filtres ou combinaisons de filtres, il était évident que les choses ne se passeraient pas comme prévu et que je devais chercher à atteindre un autre but.

Comme l’écrivain dont les personnages imposent à l’auteur une histoire non prévue au départ, l’appareil exigeait un cheminement vers un style photographique où la végétation adopterait une couleur beaucoup plus riche et intense.

Et ce nouveau style, c’est l’Infrarouge Fuchsia pour Foveon.

Il y a quelques jours, dans une version intermédiaire, les ciels étaient encore légèrement trop verts et les ombres, trop cyan.

Après deux ajustements, je vous présente ce qui pourrait être la version définitive de ce nouveau style.

Détails techniques : Sigma DP1 infrarouge à spectre complet — 1/30 sec. — F/4,5 — ISO 100 — 16,6 mm
Pré-traitement : filtre bleu B+W KB20 + filtre vert jaunâtre B+W 061 + filtre bleu LBC8 de Kenko + filtre anti-infrarouge partiel GRB3/KG3
Aucun post-traitement.

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’infrarouge couleur, veuillez cliquer sur ceci.

Laissez un commentaire »

| Infrarouge couleur, Photo infrarouge | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


La déclaration d’amour

14 février 2024


 
À l’occasion d’un concours télévisé, lorsqu’un candidat souriant joint les mains en forme de cœur devant sa poitrine pour dire aux téléspectateurs ‘Je vous aime’, je trouve cela tellement cucu.

Pourtant…

Le 8 février dernier, je me suis rendu au Jardin botanique pour tester une association de filtres qui s’est avérée insatisfaisante.

Toutefois, après avoir donné à des écureuils rencontrés sur mon chemin des morceaux de noix de Grenoble que j’avais apportés à tout hasard, quelle ne fut pas ma surprise, en passant en revue les photos prises à cette occasion, de voir un des écureuils sembler faire le même geste. Comme pour me remercier de l’avoir nourri.

En réalité, cet écureuil tenait simplement le morceau de noix qu’il était en train de manger.

Pourquoi ma première réaction fut de trouver mignon un geste qui, posé par un Humain, me semble si niais ?

Sommes-nous trop sévères envers nos semblables ?

Détails techniques : Sigma DP1 infrarouge à spectre complet + filtre bleu 80a d’Hoya + filtre jaune verdâtre VertX0 d’Hoya — 1/50 sec. — F/4,0 — ISO 100 — 16,6 mm

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’infrarouge couleur, veuillez cliquer sur ceci.

Laissez un commentaire »

| Infrarouge couleur, Photo infrarouge | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Premiers pas en infrarouge à l’aide d’un capteur Foveon

2 février 2024

Particularités d’un capteur Foveon

Les appareils photographiques fabriqués par la compagnie Sigma sont uniques; ils sont dotés d’un capteur Foveon qu’aucun autre fabricant n’utilise.

Fondamentalement, un capteur n’est qu’un compteur de particules lumineuses (appelées photons).

Dans un appareil photo ordinaire, le capteur reçoit la lumière après que celle-ci ait traversé un filtre en damier dont chaque case ne laisse passer qu’une seule couleur primaire.

Du coup, le nombre de cellules du capteur est considérablement plus élevé que la résolution de l’image puisqu’il faut un minuscule carré de quatre cellules du capteur pour caractériser chaque pixel d’une photo numérique.

Dans un capteur Foveon, chaque cellule du capteur correspond à un pixel d’image. En effet, ce capteur est composé de trois couches superposées qui captent successivement chaque couleur primaire.

Puisque chacune de ses cellules fait le travail de quatre cellules d’un capteur ordinaire, les capteurs Foveon seraient quatre fois plus petits (ou auraient une résolution quatre fois plus grande) si leurs cellules avaient la même taille que les autres. Mais ce n’est pas le cas.

Le capteur Foveon en infrarouge

Les algorithmes créés pour reconstituer une photo couleur font en sorte qu’on obtient le même résultat, peu importe le capteur utilisé par l’appareil.

Toutefois, ces algorithmes n’ont pas été conçus pour la photographie infrarouge. Ce qui fait qu’une fois transformés en appareil à spectre complet, ceux de Sigma donnent des résultats différents.

Il y a trois jours, pour en avoir le cœur net, j’ai fait ma première sortie avec mon appareil Sigma DP1 infrarouge à spectre complet. Voici ce que cela a donné.

Sous chaque photo, on trouvera le post-traitement qu’elle a subi.

Les résultats

Hautes lumières -80, Blancs +36, Noirs +25
Blancs +25
Ombres +38, Noirs +29
Exposition -0,3, Ombres +38, Noirs +29
Exposition +0,4, Ombres +38, Noirs +29

En conclusion, les trois filtres qui coloraient en rose la végétation sur des photos prises à l’Olympus OM-D e-m5 la colorent en fuchsia sur un appareil Sigma DP1.

De plus, toutes les photos ont une légère teinte verdâtre généralisée, typique du capteur.

Détails techniques : Sigma DP1 infrarouge à spectre complet + filtre bleu B+W KB20 + filtre vert jaunâtre B+W 061 + filtre bleu 80C d’Hoya.
1re photo : 1/60 sec. — F/4,0 — ISO 100 — 16,6 mm
2e  photo : 1/80 sec. — F/4,0 — ISO 100 — 16,6 mm
3e  photo : 1/100 sec. — F/4,0 — ISO 100 — 16,6 mm
4e  photo : 1/40 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 16,6 mm
5e  photo : 1/80 sec. — F/4,0 — ISO 100 — 16,6 mm

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’infrarouge couleur, veuillez cliquer sur ceci.

Laissez un commentaire »

| Infrarouge couleur, Photo infrarouge, Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Au centre du boulevard Robert-Bourassa

28 janvier 2024







Le boulevard Robert-Bourassa sépare trois quartiers de Montréal; le Quartier international et la Cité du Multimédia à l’est, et Griffintown à l’ouest.

Juste avant de se poursuivre au sud sous le nom d’autoroute Bonaventure, le terreplein du boulevard s’élargit pour donner naissance à un parc urbain allongé. Celui-ci est agrémenté de chaises longues, de sculptures et d’aires de jeu.

Du sud au nord, on y trouve notamment Source (2017) de l’artiste catalan Jaume Plensa (1re photo) et Dendrites (2017), une sculpture en deux parties du Montréalais Michel de Broin (5e et 6e photos).

Détails techniques : Panasonic GX1 infrarouge à spectre complet + objectif M.Zuiko 12 mm F/2,0 (1re et 5e photos) ou Olympus OM-D e-m5 infrarouge à spectre complet + objectif M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (les autres photos), + filtre vert jaunâtre B+W 061 + filtre bleu B+W KB20 + filtre bleu 80C d’Hoya
1re photo : 1/100 sec. — F/5,6 — ISO 160 — 12 mm
2e  photo : 1/640 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 34 mm
3e  photo : 1/320 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
4e  photo : 1/640 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 29 mm
5e  photo : 1/60 sec. — F/8,0 — ISO 1000 — 12 mm
6e  photo : 1/640 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 28 mm
7e  photo : 1/800 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 17 mm

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’infrarouge couleur, veuillez cliquer sur ceci.

Laissez un commentaire »

| Infrarouge couleur, Photo infrarouge, Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Mots-clés : , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Feuilles gelées

6 décembre 2023
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 infrarouge à spectre complet, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8 + filtre bleu FS KB20 + filtre FS VertX1a + filtre Lee No 354 (Special Steel Blue) — 1/100 sec. — F/5,6 — ISO 5000 — 40 mm

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’infrarouge couleur, veuillez cliquer sur ceci.

3 commentaires

| Infrarouge couleur, Photo infrarouge | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Un automne exceptionnel

28 novembre 2023
Aperçu de l’avenue Jeanne-d’Arc en octobre 2023

Le mercredi 4 octobre, la température a atteint 29,3°C à Montréal. Il s’agissait d’un record de chaleur pour une journée d’octobre.

À la ville de Québec, ce mois-là fut le plus chaud à ce jour avec une température maximale moyenne 10,5°C.

Le reste du mois, de même qu’une bonne partie de novembre, furent anormalement doux.

Le 28 octobre, à l’annonce d’un gel imminent, j’ai fait ma dernière récolte de tomates et détruit tous mes plants. C’est un mois plus tard qu’à mon habitude.

Il est vrai qu’antérieurement, vers la fin d’aout, mes plants de tomate se couvraient de mildiou en raison de mon refus d’utiliser des pesticides. Cette infection fongique empêchait la photosynthèse des feuilles et, du coup, le murissement des fruits.

Cette année, le mildiou est apparu en septembre. Mais il fut totalement maitrisé par la vaporisation d’un mélange de bicarbonate et de lait sur les feuilles atteintes.

Ce qui fait que mes fruits ont continué à accumuler du sucre jusqu’à leur récolte.

Sur ma rue, les années antérieures, lorsque je voyais au début de septembre les premiers arbres revêtir leur feuillage d’automne alors qu’il n’avait pas cessé de faire chaud, j’en imputais la cause à l’angle des rayons solaires.

J’avais lu quelque part que dès que le soleil est trop incliné par rapport à la surface terrestre, cela constitue un signal pour les feuillus que la saison froide approche.

Pourtant, cette année, certains feuillus se sont départis lentement de leur parure d’été sans passer par leurs couleurs automnales habituelles.

Alors je ne sais plus…

Référence : Le mois d’octobre le plus chaud à Québec

Paru depuis : L’automne 2023 est « le plus chaud » enregistré en France depuis 1900, selon Météo-France (2023-11-30)

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 infrarouge à spectre complet, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8 + filtre bleu FS KB20 + filtre FS VertX1a + filtre Lee No 354 (Special Steel Blue) — 1/500 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 17 mm

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’infrarouge couleur, veuillez cliquer sur ceci.

2 commentaires

| Infrarouge couleur, Photo infrarouge, Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


De la Place Ville-Marie à l’université McGill (fin)

13 novembre 2023


Colonnade de l’entrée du campus sur la rue Sherbrooke

Structures humaines Vancouver (2010), de Jonathan Borofsky

Conçue en 2010 pour le parc Hinge (adjacent au Village olympique de Vancouver), cette œuvre du sculpteur américain Jonathan Borofsky s’est retrouvée ensuite exposée à la Biennale de Vancouver de 2014-2016 pour finalement être prêtée par cette dernière à l’université McGill.

Faite en acier galvanisé peint, la sculpture est composée de 64 formes humaines pixellisées reliées entre elles. Le tout sous le thème de l’édification du monde de demain par la connectivité de l’espèce humaine.

À l’Est de la bibliothèque McLennan
Le long de la Salle Burnside


Pavillon de chimie Otto Maass
Pavillon central

Construit en 1843, l’édifice emblématique de McGill est le plus ancien. De nos jours, il abrite le pavillon des Arts de l’université.

Cet immeuble néoclassique fait symétrie avec une aile orientale (l’aile Dawson) construite la même année, et une aile occidentale (l’aile Molson), construite en 1860.

Musée d’histoire naturelle Redpath

Héritier de la raffinerie de sucre créé par son père, Peter Redpath légua à McGill une somme importante en vue de la création en 1882 d’un musée d’histoire naturelle. C’est un des plus vieux musées du Canada.

Ses collections couvrent quatre domaines : la minéralogie, la paléontologie, la zoologie et l’ethnologie.

Sculpture à l’Est du musée Redpath
L’Art magnétique (2022), de Marc Séguin

Le parc Rutherford s’étend à l’arrière du pavillon principal. De ce parc, vers l’Est, on peut voir la murale du 625 rue Milton. Elle est en hommage à un natif du quartier, soit Jean-Paul Riopelle, le plus important peintre de l’histoire du Québec.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 infrarouge à spectre complet, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8 + filtre bleu FS KB20 + filtre FS VertX1a + filtre Lee No 354 (Special Steel Blue). Balance des blancs automatique.
  1re photo : 1/125 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 13 mm
  2e  photo : 1/160 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 23 mm
  3e  photo : 1/100 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 20 mm
  4e  photo : 1/125 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 13 mm
  5e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 23 mm
  6e  photo : 1/100 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 21 mm
  7e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 14 mm
  8e  photo : 1/800 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 25 mm
  9e  photo : 1/400 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 23 mm
10e  photo : 1/400 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 16 mm
11e  photo : 1/500 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 30 mm

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’infrarouge couleur, veuillez cliquer sur ceci.

Laissez un commentaire »

| Infrarouge couleur, Photo infrarouge, Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


De la Place Ville-Marie à l’université McGill (2e partie)

12 novembre 2023

En décorant leur siège social d’une œuvre d’art, les grandes corporations qui ont élu domicile le long de l’avenue McGill College en ont fait une des rues les plus riches d’art public à Montréal.

La Foule illuminée (1985), de Raymond Mason

C’est le promoteur immobilier Louis Dreyfus qui a fait construire en 1980 le Complexe 1981 McGill College, dont le principal occupant est la banque BNP Paribas.

Cinq ans plus tard, il s’est adressé au sculpteur franco-britannique Raymond Mason pour qu’il crée une sculpture destinée à décorer l’esplanade de ce complexe.

Très expressive, l’œuvre en résine de polyester et en polyuréthane représente 65 personnages qui, en raison de leurs rondeurs et de leur couleur, contrastent avec les parois lisses en verre bleu argenté du complexe immobilier.



La Danseuse (1985), de Zoya Niedermann

Devant la Tour iA Groupe financier, on a aménagé une placette dont l’extrémité nord est décorée d’une fontaine.

C’est au milieu de celle-ci que se dresse La Danseuse de la Montréalaise Zoya Niedermann.

Sphère des songes (1994), d’Aristide Gagnon

À quelques pas plus au nord, de l’autre côté de l’avenue, on peut voir ce bronze créé par le peintre et sculpteur Aristide Gagnon, né en Gaspésie en 1930.



Hôtel Le Germain (1999)

En traversant l’avenue du Président-Kennedy, il est impossible de ne pas remarquer l’extraordinaire façade de l’hôtel Le Germain, situé non pas sur McGill College, mais sur la rue immédiatement à l’ouest, soit la rue Mansfield.

L’hôtel-boutique porte le nom de ses propriétaires, Christiane et Jean-Yves Germain, cofondateurs du Groupe Germain.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 infrarouge à spectre complet, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8 + filtre bleu FS KB20 + filtre FS VertX1a + filtre Lee No 354 (Special Steel Blue). Balance des blancs automatique.
1re photo : 1/320 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 27 mm
2e  photo : 1/800 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 21 mm
3e  photo : 1/15 sec. — F/16,0 — ISO 200 — 24 mm
4e  photo : 1/160 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 32 mm
5e  photo : 1/100 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 15 mm
6e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 500 — 26 mm

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’infrarouge couleur, veuillez cliquer sur ceci.

2 commentaires

| Infrarouge couleur, Photo infrarouge, Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Mots-clés : , , , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Vues estivales du Jardin botanique de Montréal

28 octobre 2023




En fouillant dans ma photothèque, il m’arrive de trouver des photos qui auraient mérité d’être publiées mais que j’ai oubliées. Ou qui, au départ, n’avaient pas attiré mon attention.

Je vous en présente quatre, prises en 2022.

Puisque le verre qui recouvre les serres du Jardin botanique n’est pas parfaitement neutre, la dernière de ces photos était plus orangée que les autres. J’ai pris la liberté d’harmoniser les teintes des trois premières afin de rendre cette série plus cohérente.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 infrarouge à spectre complet, objectifs Lumix 14-42 mm (1re photo) et M.Zuiko 12-40mm F/2,8 (les autres photos) + filtre bleu B+W KB20 + filtre VertX1 B+W 061 + filtre bleu Calumet 80c + filtre polarisant Hoya PL-CIR.
1re photo : 1/125 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 17 mm
2e  photo : 1/125 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 36 mm
3e  photo : 1/320 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 26 mm
4e  photo : 1/200 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’infrarouge couleur, veuillez cliquer sur ceci.

Laissez un commentaire »

| Botanique, Infrarouge couleur, Nature, Photo infrarouge, Photographie | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le Centre de la nature de Laval

6 octobre 2023
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Le Centre de la nature de Laval est un parc urbain de cinquante hectares ouvert à longueur d’année, même les jours fériés.

Trois Dimensions Urzelle (1967), de Fritz Hartlauer

On peut y voir cette sculpture de l’Autrichien Fritz Hartlauer. Celle-ci décorait le pavillon de son pays à l’Expo67.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Nos Traces (1989), de Roger Langevin



 
On y trouve également de nombreux sentiers, des tables pour y piqueniquer, une piscine, des pistes cyclistes, un terrain de pétanque, un petit zoo et un grand plan d’eau consacré au canotage. Aux enfants, on offre une ballade en minitrain et des aires de jeux.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 infrarouge à spectre complet, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8 + filtre bleu FS KB20 + filtre FS VertX1a + filtre Lee No 354 (Special Steel Blue). Balance des blancs automatique.
1re photo : 1/200 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 14 mm
2e  photo : 1/160 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 12 mm
3e  photo : 1/60 sec. — F/5,6 — ISO 320 — 25 mm
4e  photo : 1/80 sec. — F/5,6 — ISO 640 — 35 mm
5e  photo : 1/160 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 17 mm
6e  photo : 1/80 sec. — F/5,6 — ISO 640 — 30 mm


Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’infrarouge couleur, veuillez cliquer sur ceci.

Laissez un commentaire »

| Infrarouge couleur, Photo infrarouge, Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel