L’éclipse solaire totale du 8 avril 2024 au parc Jean-Drapeau

10 avril 2024

Le long d’une bande en diagonale qui traversait l’Amérique du Nord (dont le sud du Québec), on pouvait assister lundi dernier au spectacle de l’année, soit une éclipse solaire totale.

Pour l’occasion, je m’étais apporté deux appareils photographiques.

Destiné à voir l’éclipse de près, le premier était appareil conventionnel, équipé d’un téléobjectif puissant.
 

 
En défaisant une paire de lunettes de protection répondant à la norme ISO 12312-2, je m’étais bricolé un filtre qui me permettait de photographier les phases de l’éclipse sans risquer d’endommager mon appareil.

D’autre part, afin de tester à quoi ressemble une éclipse en infrarouge, mon second appareil était un Panasonic GX1 infrarouge à spectre complet, c’est-à-dire un appareil capable de capter à la fois la lumière visible et le rayonnement infrarouge.

Non protégé par un filtre répondant à la norme ISO 12312-2, ce deuxième appareil n’était utile que pour photographier la foule. Tout au plus, je pouvais l’utiliser pour photographier l’éclipse quand le soleil (presque totalement masqué par la lune) peut être regardé à l’œil nu.

J’avais prévu me présenter sur le site à l’avance afin d’effectuer des tests. Mais la congestion monstre dans le métro a fait en sorte qu’à mon arrivée (à 14h20), l’éclipse avait commencé six minutes plus tôt.
 



 
Estimée à plus de cent-mille personnes, la foule qui s’était déplacée au parc Jean-Drapeau profitait d’une journée chaude et ensoleillée pour vivre un évènement qui, à Montréal, ne se reproduira que dans 82 ans.
 

 
Des différents croissants de soleil qui se sont succédé de 14h20 à 16h30, j’ai pris neuf photos espacées de quinze minutes. Prise à 15h15, celle-ci est la plus nette.

Au moment fatidique — c’est-à-dire lorsque l’éclipse était totale — mon appareil principal a obstinément refusé de prendre une photo.
 


 
Je me suis donc rabattu sur mon appareil infrarouge pour prendre les deux photos ci-dessus.

Même si leur qualité laisse à désirer, elles témoignent d’une expérience que je suis heureux d’avoir vécue.

Détails techniques : Appareil Olympus OM-D e-m5 mark II + objectifs Lumix Macro 30 mm F/2,8 (1re photo) ou M.Zuiko 40-150 mm F/2,8 + multiplicateur de focale MC-20 (5e photo), appareil GX1 infrarouge à spectre complet + objectif Lumix 14-42 mm II + filtre bleu B+W KB20 + filtre Vert1 Rollei Grün + filtre bleu 80a d’Hoya (les autres photos)
1re photo : 1/80 sec. — F/5,0 — ISO 4000 — 30 mm
2e  photo : 1/100 sec. — F/5,0 — ISO 160 — 18 mm
3e  photo : 1/60 sec. — F/5,0 — ISO 2000 — 20 mm
4e  photo : 1/200 sec. — F/5,0 — ISO 160 — 14 mm
5e  photo : 1/20 sec. — F/5,6 — ISO 6400 — 300 mm
6e  photo : 1/3 sec. — F/5,0 — ISO 3200 — 14 mm
7e  photo : 1,3 sec. — F/5,0 — ISO 3200 — 14 mm

5 commentaires

| Astronomie, Photo infrarouge, Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada, Spectacle | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Mi-février au Jardin botanique en infrarouge

21 mars 2024
Cliquez sur la photo pour l’agrandir
Ombres +13
Hautes lumières -40, Blancs +13
Exposition +0,2, Hautes lumières -100, Ombres +17
Ombres +75
Hautes lumières -52, Blancs -32

Détails techniques : Sigma DP1 infrarouge à spectre complet.
Pré-traitement : filtres Fuchsia pour Foveon (filtre bleu B+W KB20 + filtre vert jaunâtre B+W 061 + filtre bleu LBC8 de Kenko + filtre anti-infrarouge partiel GRB3/KG3)
Post-traitement : Topaz Sharpen AI.
1re photo : 1/30 sec. — F/4,5 — ISO 100 — 16,6 mm
2e  photo : 1/40 sec. — F/4,5 — ISO 100 — 16,6 mm
3e  photo : 1/50 sec. — F/4,5 — ISO 100 — 16,6 mm
4e  photo : 1/50 sec. — F/4,5 — ISO 100 — 16,6 mm
5e  photo : 1/60 sec. — F/4,5 — ISO 100 — 16,6 mm
6e  photo : 1/25 sec. — F/4,5 — ISO 200 — 16,6 mm

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’infrarouge couleur, veuillez cliquer sur ceci.

Laissez un commentaire »

| Infrarouge couleur, Photo infrarouge, Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le 200e anniversaire du défilé de la Saint-Patrick à Montréal (2e partie)

19 mars 2024









Cliquez sur une photo pour l’agrandir

Même s’il célèbre le saint patron catholique de l’Irlande, le défilé de la Saint-Patrick est dépourvu de caractère religieux.

C’est une fête populaire (au meilleur sens du terme) où la communauté anglo-montréalaise se met en scène.

Sans ordre apparent, on y voit se succéder des danseurs et des musiciens issus de divers groupes ethniques (irlandais, écossais, jamaïcains, et ukrainiens), de même que des représentants de l’armée canadienne, de la caserne de pompiers de Lachine, de plusieurs médias (radios et télévision), de clubs de danse, de pubs et de restaurants, etc.

Bref, il s’agit d’une fête joyeuse qui annonce le printemps.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8
1re photo : 1/1600 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 35 mm
2e  photo : 1/1250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 17 mm
3e  photo : 1/1250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
4e  photo : 1/1000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
5e  photo : 1/500 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 26 mm
6e  photo : 1/2000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 32 mm
7e  photo : 1/1000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
8e  photo : 1/1250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
9e  photo : 1/1250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 19 mm

Laissez un commentaire »

| Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le 200e anniversaire du défilé de la Saint-Patrick à Montréal (1re partie)

18 mars 2024










Cliquez sur une photo pour l’agrandir

C’est le 17 mars 1824 qu’avait lieu à Montréal le premier défilé canadien de la Saint-Patrick. Depuis deux siècles, le défilé montréalais se tient annuellement, sauf en 2020 et en 2021 (en raison de la pandémie).

D’abord limité au quartier de Griffintown (où logeaient les Québécois d’origine irlandaise), le défilé s’est par la suite déplacé au centre-ville (où il rencontre un grand succès populaire).

Signalons que la présence irlandaise au Québec est attestée depuis plus de trois siècles. C’est en effet en 1661 que Tadhg-Cornelius O’Brennan s’établit à Ville-Marie (l’ancien nom de Montréal).

Il ne fut pas le premier angloQuébécois puisqu’avant la Grande Famine, les Irlandais parlaient le gaeilge (le gaélique irlandais, une langue celte).

D’abord émigré en France (où il a appris de français), il fut un de ces pionniers qui ont répondu à l’appel de Jeanne Mance, lancé en 1653, de venir s’établir à Ville-Marie.

C’est en raison de leur présence séculaire que les Irlandais sont symbolisés par un trèfle sur les armoiries et le drapeau de la ville de Montréal.

Références :
L’époque troublée du premier Irlandais au Canada
1653, l’année où Jeanne Mance sauva le Canada

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8
  1re photo : 1/800 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
  2e  photo : 1/500 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 18 mm
  3e  photo : 1/1250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
  4e  photo : 1/400 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 29 mm
  5e  photo : 1/250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 30 mm
  6e  photo : 1/1000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 32 mm
  7e  photo : 1/400 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 38 mm
  8e  photo : 1/640 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
  9e  photo : 1/1250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 30 mm
10e  photo : 1/2000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm

Laissez un commentaire »

| Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Un petit tour en REM

12 mars 2024




 
Cet après-midi, j’ai effectué mon premier déplacement en REM (Réseau express métropolitain).

De la Gare Centrale à Brossard, quatre stations sont en service.

Puisque tout est automatisé, au wagon de tête et à celui de queue, les passagers ont la vue sur la ville qu’aurait le conducteur s’il y en avait un.

La partie la plus photogénique de ce trajet se trouve entre la Gare Centrale et la Station Ile-des-Sœurs (que j’ai parcourue quatre fois).

Voici trois photos que j’en ai rapportées.

Détails techniques : Sigma DP1 infrarouge à spectre complet.
Pré-traitement : filtres Fuchsia pour Foveon (filtre bleu B+W KB20 + filtre vert jaunâtre B+W 061 + filtre bleu LBC8 de Kenko + filtre anti-infrarouge partiel GRB3/KG3)
Post-traitement léger.
1re photo : 1/60 sec. — F/4,5 — ISO 100 — 16,6 mm
2e  photo : 1/30 sec. — F/4,5 — ISO 100 — 16,6 mm
3e  photo : 1/20 sec. — F/4,5 — ISO 200 — 16,6 mm

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’infrarouge couleur, veuillez cliquer sur ceci.

3 commentaires

| Infrarouge couleur, Photo infrarouge, Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada, Transport en commun | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Du Parc olympique au parc Maisonneuve

3 mars 2024
Statue de Nicolas Copernic devant le planétarium Rio Tinto Alcan
Cheminées de la Centrale thermique souterraine du Parc olympique


Au parc Maisonneuve

Au moment où ces lignes sont écrites — alors que le redoux a fait disparaitre presque toute la neige – on a peine à croire que ces photos ont été prises le 21 février, soit à peine il y a onze jours.

Détails techniques : Sigma DP1 infrarouge à spectre complet.
Pré-traitement : filtres Fuchsia pour Foveon (filtre bleu B+W KB20 + filtre vert jaunâtre B+W 061 + filtre bleu LBC8 de Kenko + filtre anti-infrarouge partiel GRB3/KG3).
Post-traitement léger.
1re photo : 1/60 sec. — F/4,5 — ISO 100 — 16,6 mm
2e  photo : 1/80 sec. — F/4,5 — ISO 100 — 16,6 mm
3e  photo : 1/100 sec. — F/4,5 — ISO 100 — 16,6 mm
4e  photo : 1/80 sec. — F/4,5 — ISO 100 — 16,6 mm

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’infrarouge couleur, veuillez cliquer sur ceci.

Laissez un commentaire »

| Infrarouge couleur, Photo infrarouge, Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


La basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec

25 février 2024
Façade

C’est en 1647 que fut construite une église qui allait devenir la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec.

En 1674, son diocèse s’étendait sur toute la Nouvelle-France, soit l’Acadie, le Canada (la vallée du Saint-Laurent) et la Louisiane (le bassin versant du Mississippi).

Elle sera incendiée deux fois, en 1759 et en 1922. Comme un phénix, elle sera agrandie et embellie après chacune de ses épreuves.

À partir des plans originaux, des gravures anciennes et de vieilles photographies, l’église prendra son aspect actuel au cours de sa reconstruction et restauration finale, de 1923 à 1930.

Au moment de l’incendie de 1922, on avait sorti en catastrophe quelques œuvres d’Art et vidé des sacristies le trésor qui s’y trouvait, de même que les archives. Or parmi les documents sauvés, il y avait les plus vieux registres d’Amérique française (une mine d’or pour les historiens et les généalogistes).

De manière générale, le feu n’avait laissé que la maçonnerie, à l’exception, dans un bas-côté, de l’autel de la Sainte-Famille, épargnée du brasier.

La décoration des voutes est un embellissement créé lors de la dernière restauration puisqu’elle n’existait pas au XIXe siècle.

À l’occasion du Jour du drapeau, le 21 janvier dernier, je me suis rendu dans ce lieu chargé d’histoire et j’en ai rapporté les photos suivantes.

Boutique
Nef
Chaire
Pilier entre la nef et le bas-côté gauche
Chapelle du bas-côté gauche
Pilier entre la nef et le bas-côté droit
Chapelle du bas-côté droit

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 mark II + objectif PanLeica 8-18mm
1re photo : 1/1000 sec. — F/3,1 — ISO 200 — 9 mm
2e  photo : 1/80 sec. — F/3,3 — ISO 640 — 11 mm
3e  photo : 1/60 sec. — F/4,0 — ISO 1000 — 8 mm
4e  photo : 1/60 sec. — F/3,6 — ISO 1600 — 14 mm
5e  photo : 1/80 sec. — F/3,3 — ISO 2000 — 11 mm
6e  photo : 1/60 sec. — F/3,6 — ISO 5000 — 14 mm
7e  photo : 1/80 sec. — F/3,6 — ISO 2000 — 14 mm
8e  photo : 1/80 sec. — F/3,6 — ISO 2000 — 14 mm

Un commentaire

| Photos de voyage, Photos du Canada | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le jour du drapeau de 2024 à Québec

4 février 2024

Le 21 janvier, on commémore l’adoption en 1948 du Fleurdelisé par le Conseil des ministres du Québec.

L’an dernier, sur l’esplanade de la Place des Arts de Montréal, la Société Saint-Joseph-Baptiste (SSJB) de Montréal dévoilait le plus grand drapeau jamais créé, mesurant 18 x 28 mètres.

Cette année, on fit de même sur la terrasse du Château Frontenac à Québec par une journée froide et très venteuse.

Afin de favoriser la participation montréalaise à l’évènement, la SSJB loua un autobus qui transporta les participants vers la capitale québécoise (au cout de 20$ pour l’aller-retour).

Voici quelques photos que j’en ai rapportées.

Aperçu du fleuve Saint-Laurent

Château Frontenac

Conçu par l’architecte américain Bruce Price, le Château Frontenac fut inauguré en 1893. Il honore la mémoire de Louis de Buade de Frontenac, gouverneur de la Nouvelle-France de 1672 à 1682 et de 1689 à 1698.

Dévoilement du Fleurdelisé
Monument à Samuel de Champlain

Créé en 1898 par le sculpteur français d’origine belge Paul Chevré, ce monument rend hommage au fondateur de la ville de Québec.

Réception du Château Frontenac

Salon Rose

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 mark II + objectif PanLeica 8-18mm
1re photo : 1/2000 sec. — F/3,8 — ISO 200 — 16 mm
2e  photo : 1/6400 sec. — F/3,1 — ISO 200 — 10 mm
3e  photo : 1/3200 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 8 mm
4e  photo : 1/1250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 8 mm
5e  photo : 1/2500 sec. — F/3,8 — ISO 200 — 16 mm
6e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 3200 — 8 mm
7e  photo : 1/60 sec. — F/3,4 — ISO 640 — 13 mm
8e  photo : 1/80 sec. — F/3,5 — ISO 1000 — 13 mm

2 commentaires

| Photos de voyage, Photos du Canada | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Premiers pas en infrarouge à l’aide d’un capteur Foveon

2 février 2024

Particularités d’un capteur Foveon

Les appareils photographiques fabriqués par la compagnie Sigma sont uniques; ils sont dotés d’un capteur Foveon qu’aucun autre fabricant n’utilise.

Fondamentalement, un capteur n’est qu’un compteur de particules lumineuses (appelées photons).

Dans un appareil photo ordinaire, le capteur reçoit la lumière après que celle-ci ait traversé un filtre en damier dont chaque case ne laisse passer qu’une seule couleur primaire.

Du coup, le nombre de cellules du capteur est considérablement plus élevé que la résolution de l’image puisqu’il faut un minuscule carré de quatre cellules du capteur pour caractériser chaque pixel d’une photo numérique.

Dans un capteur Foveon, chaque cellule du capteur correspond à un pixel d’image. En effet, ce capteur est composé de trois couches superposées qui captent successivement chaque couleur primaire.

Puisque chacune de ses cellules fait le travail de quatre cellules d’un capteur ordinaire, les capteurs Foveon seraient quatre fois plus petits (ou auraient une résolution quatre fois plus grande) si leurs cellules avaient la même taille que les autres. Mais ce n’est pas le cas.

Le capteur Foveon en infrarouge

Les algorithmes créés pour reconstituer une photo couleur font en sorte qu’on obtient le même résultat, peu importe le capteur utilisé par l’appareil.

Toutefois, ces algorithmes n’ont pas été conçus pour la photographie infrarouge. Ce qui fait qu’une fois transformés en appareil à spectre complet, ceux de Sigma donnent des résultats différents.

Il y a trois jours, pour en avoir le cœur net, j’ai fait ma première sortie avec mon appareil Sigma DP1 infrarouge à spectre complet. Voici ce que cela a donné.

Sous chaque photo, on trouvera le post-traitement qu’elle a subi.

Les résultats

Hautes lumières -80, Blancs +36, Noirs +25
Blancs +25
Ombres +38, Noirs +29
Exposition -0,3, Ombres +38, Noirs +29
Exposition +0,4, Ombres +38, Noirs +29

En conclusion, les trois filtres qui coloraient en rose la végétation sur des photos prises à l’Olympus OM-D e-m5 la colorent en fuchsia sur un appareil Sigma DP1.

De plus, toutes les photos ont une légère teinte verdâtre généralisée, typique du capteur.

Détails techniques : Sigma DP1 infrarouge à spectre complet + filtre bleu B+W KB20 + filtre vert jaunâtre B+W 061 + filtre bleu 80C d’Hoya.
1re photo : 1/60 sec. — F/4,0 — ISO 100 — 16,6 mm
2e  photo : 1/80 sec. — F/4,0 — ISO 100 — 16,6 mm
3e  photo : 1/100 sec. — F/4,0 — ISO 100 — 16,6 mm
4e  photo : 1/40 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 16,6 mm
5e  photo : 1/80 sec. — F/4,0 — ISO 100 — 16,6 mm

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’infrarouge couleur, veuillez cliquer sur ceci.

Laissez un commentaire »

| Infrarouge couleur, Photo infrarouge, Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Au centre du boulevard Robert-Bourassa

28 janvier 2024







Le boulevard Robert-Bourassa sépare trois quartiers de Montréal; le Quartier international et la Cité du Multimédia à l’est, et Griffintown à l’ouest.

Juste avant de se poursuivre au sud sous le nom d’autoroute Bonaventure, le terreplein du boulevard s’élargit pour donner naissance à un parc urbain allongé. Celui-ci est agrémenté de chaises longues, de sculptures et d’aires de jeu.

Du sud au nord, on y trouve notamment Source (2017) de l’artiste catalan Jaume Plensa (1re photo) et Dendrites (2017), une sculpture en deux parties du Montréalais Michel de Broin (5e et 6e photos).

Détails techniques : Panasonic GX1 infrarouge à spectre complet + objectif M.Zuiko 12 mm F/2,0 (1re et 5e photos) ou Olympus OM-D e-m5 infrarouge à spectre complet + objectif M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (les autres photos), + filtre vert jaunâtre B+W 061 + filtre bleu B+W KB20 + filtre bleu 80C d’Hoya
1re photo : 1/100 sec. — F/5,6 — ISO 160 — 12 mm
2e  photo : 1/640 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 34 mm
3e  photo : 1/320 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
4e  photo : 1/640 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 29 mm
5e  photo : 1/60 sec. — F/8,0 — ISO 1000 — 12 mm
6e  photo : 1/640 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 28 mm
7e  photo : 1/800 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 17 mm

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’infrarouge couleur, veuillez cliquer sur ceci.

Laissez un commentaire »

| Infrarouge couleur, Photo infrarouge, Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Mots-clés : , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel