L’intelligence artificielle (IA) et la généralisation du conformisme intellectuel

31 août 2023
Théâtre d’Opéra Spatial, du logiciel Midjourney

Les robots conversationnels à l’école

Selon un sondage récent réalisé au Canada :
• 52 % des étudiants adultes recourent déjà à l’IA pour réaliser leurs travaux scolaires,
• 87 % d’entre eux estiment qu’elle les aide à produire des devoirs de meilleure qualité,
• 68 % croient avoir obtenu ainsi de meilleures notes, et pourtant…
• 6 élèves sur 10 considèrent que son utilisation représente de la tricherie.

Parmi ceux qui l’utilisent :
• 37 % vérifient toujours les faits rapportés dans les textes créés par IA,
• 58 % les vérifient parfois, et
• 5 % ne les vérifient jamais.

AI et spéculation boursière

Créé par les comuniqués de presse, l’engouement médiatique pour l’IA vise à attirer des capitaux, principalement aux États-Unis.

En effet, s’il y a des chercheurs en IA dans plusieurs grandes villes (dont Montréal), on ne doit pas perdre de vue que la ‘Mecque’ de l’IA, c’est la Vallée californienne du silicone.

Convaincre les spéculateurs que l’avenir appartient à l’IA — en somme, que s’ils investissent dans l’IA alors que celle-ci est encore balbutiante, ils deviendront un jour immensément riches — cela provoque automatiquement un flux de capitaux vers les entreprises qui créent de l’IA ou celles qui sont les mieux placées pour en profiter.

L’impact de l’IA sur l’emploi

La construction automobile et la fabrication des semi-conducteurs sont des exemples de domaines où on a largement fait appel à la robotisation.

Dans les grandes usines manufacturières, partout où des humains travaillaient comme des robots, ils ont été remplacés par des robots.

De la même manière, un jour viendra où partout où les humains pensent comme des robots, ils seront remplacés par l’IA.

Sans les logiciels qu’ils exécutent, les ordinateurs les plus puissants du monde ne sont rien d’autre que des tas de plastique et de métal incapables de comprendre autre chose que des 0 et des 1. Ce qui les rend moins stupides, ce sont les logiciels qu’ils exécutent.

L’intelligence imputée à l’IA, c’est celle de ceux qui la programment. Rien de plus. Même la faculté d’apprendre des robots conversationnels découle des algorithmes conçus par des programmeurs.

Voilà pourquoi on peut prévoir le déclin des emplois où la réaction des travailleurs est prévisible puisque le but de n’importe quel algorithme, c’est de synthétiser la prévisibilité.

Le talon d’Achille de l’IA

S’il est vrai que l’IA peut créer une chanson ‘à la Beatles’, un portrait semblable à ceux peints par Léonard de Vinci, un plan d’architecte dans le style du Corbusier, elle est incapable d’originalité.

L’image au début du présent texte est magnifique. Mais ce n’est rien d’autre que de l’art pompier inspiré du XIXe siècle.

Quant aux textes générés par IA, lorsque 99,9 % des opinions exprimées sur l’internet partagent le même avis — ce qui est souvent le cas en Occident au sujet des nouvelles internationales — il est impossible que l’IA en vienne à une opinion nuancée parce que la nuance n’existe pas.

Si l’IA allait à l’encontre des idées reçues, elle susciterait la controverse et conséquemment, on s’empresserait de modifier ses algorithmes.

Or, elle ne peut synthétiser qu’à partir de son champ de recherche. Celui-ci est limité à ce qu’on écrit en Occident. Aux yeux de l’IA, ce qui n’y est pas disponible sur l’internet n’existe pas.

C’est ainsi que la littérature n’est prise en considération que si elle est numérisée et disponible à partir des serveurs sur lesquels l’IA opère.

IA et Dexédrine™

Lorsque j’étudiais à l’université, une rumeur voulait qu’une partie des étudiants en médecine prenaient, à proximité des examens, de la Dexédrine™ (une amphétamine). Et ce, afin de pouvoir étudier plus tard la nuit et d’augmenter, disait-on, la rétention des informations apprises.

Je n’ai jamais cherché à prendre des amphétamines pour une raison très simple; je voulais être convaincu que ma réussite scolaire dépendait de moi et non d’une pilule.

De plus, arrivé sur le marché du travail, je voulais posséder l’assurance de la personne compétente et non être hanté le reste de ma vie professionnelle par le syndrome de l’imposteur.

Conséquemment, si j’ai un conseil à donner aux étudiants d’aujourd’hui, c’est de développer votre propre personnalité. Or la véritable originalité, c’est celle de la pensée.

De nos jours, les grandes multinationales s’appuient sur des influenceurs pour convaincre le public qu’on développe sa personnalité en consommant différemment des autres.

Un artiste masculin se distinguera par son allure ‘non binaire’ et par la couleur de son Cutex™. Le jeune par son piercing ou ses tatouages. L’homme ou la femme par l’originalité de sa tenue vestimentaire.

Malheureusement, tout cela est du domaine des apparences.

Conclusion

En raison de sa facilité d’utilisation, l’IA est aussi irrésistible que la pomme que la méchante reine offrait sous son déguisement à Blanche-Neige.

Aussi tentante soit-elle, l’IA propage la paresse intellectuelle. En d’autres mots, elle prépare la disqualification, sur le marché du travail de demain, des personnes qui n’ont pas appris à penser par elles-mêmes. Comme une drogue abrutissante.

En somme, l’IA facilite aujourd’hui la réussite de ceux qu’elle réduira à la misère demain.

Référence : Utiliser l’IA, c’est tricher, d’après une majorité d’étudiants et d’étudiantes

Paru depuis : ‘Impossible’ to create AI tools like ChatGPT without copyrighted material, OpenAI says (2024-01-08)

Détails techniques de l’image : Générée par le logiciel Midjourney, l’œuvre intitulée ‘Théâtre d’Opéra Spatial’ a remporté en 2022 le premier prix dans la catégorie des œuvres numériques du concours artistique de la foire annuelle du Colorado.

Selon la jurisprudence américaine, tout résultat généré par intelligence artificielle n’est pas protégé par des droits d’auteur. Conséquemment, on peut copier cette image librement.

Laissez un commentaire »

| Informatique | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel