L’or et la Banque centrale du Canada

Le 20 décembre 2023

Moins de dollars, plus d’or
 

 
En 2023, les banques centrales de Chine, de Pologne et de Singapour achetèrent de grandes quantités d’or.

Au bas de ce graphique, la Turquie a vendu massivement son or au deuxième trimestre de 2023 pour soutenir sa devise. À moyen terme, ce pays entend renflouer ses réserves.

Si on revient au cas de la Chine, celle-ci, à l’inverse de ses achats en métaux précieux, écoule ses bons du Trésor américain.

En 2011, la Chine détenait à elle seule 12 % de la dette du gouvernement américain. Une décennie plus tard, au début de la guerre en Ukraine, elle en détenait trois fois moins.

Depuis la saisie des avoirs russes par de nombreux pays occidentaux, la Chine a accéléré sa vente de bons du Trésor américain. Ses avoirs ont baissé de 1 040 milliards$ au début de 2022 à 867 milliards$ un an plus tard.
 

 
À la suite du déclenchement de la guerre en Ukraine, les achats annuels d’or des banques centrales à travers le monde passèrent de 450 tonnes (en 2021) à 1 136 tonnes (en 2022).

C’est le trentième de tout ce qu’elles avaient accumulé jusque-là au cours des siècles, soit 36 000 tonnes.

Durant les neuf premiers mois de 2023, ces réserves augmentèrent d’un autre huit-cents tonnes, soit le cinquième de la production mondiale au cours de la même période (3 692 tonnes). Le reste fut utilisé en bijouterie, par l’industrie électronique et par les investisseurs.

Le jovialisme canadien
 

 
De son côté, le Canada considère que l’or est un actif inutile, préférant constituer majoritairement ses réserves de change en dollars américains.

Pour le Canada, cette devise se caractérise par sa stabilité puisque, depuis toujours, un dollar américain vaut un dollar américain.

En réalité, depuis que le dollar américain n’est plus adossé à l’or — une once d’or valait 35$ américains jusqu’en 1971 — sa valeur réelle face à l’or a chuté de 98 %.

Et elle a chuté parce qu’au cours de cette période, les États-Unis se sont servis de la planche à billets pour éponger leur déficit. Ce qui fait que la masse monétaire américaine s’est multipliée de trente fois depuis 1971 alors que la dette américaine passait de 400 milliards$ à plus de 22 028 milliards$.

Depuis des années, notre pays se débarrasse lentement de son or. Le quotidien La Presse nous apprenait hier qu’il ne reste plus que 77 onces d’or (sic) dans les coffres de la Banque du Canada (qui en contenaient mille tonnes en 1971).

En tant que cinquième producteur mondial d’or, le Canada estime qu’il n’a pas besoin d’accumuler des réserves d’or puisqu’il lui suffit de creuser pour en avoir. En somme, le coffre-fort du Canada, c’est son territoire.

Les États-Unis ne sont pas de cet avis. Même en étant le quatrième producteur mondial, ce pays détient 68 % des réserves mondiales de lingots d’or.

Le Canada ne voit pas comment il pourrait soudainement avoir besoin d’une grande quantité de ce métal précieux. Et si une telle éventualité devait survenir, on croit que notre puissant voisin aurait la gentillesse de nous en fournir sans contrepartie douloureuse.

On oublie qu’en 2017, lorsque Bombardier s’est mis à faire de l’ombre à Boeing grâce à des avions technologiquement supérieurs, Washington a imposé une taxe de 220 % sur la vente de ses appareils aux États-Unis. Donc de l’or, notre puissant voisin nous en vendra seulement si cela fait son affaire.

Conclusion

En raison de l’intégration militaire canado-américaine, notre armée est sous commandement américain dès qu’elle se déploie à l’Étranger.

De plus, la devise canadienne est fermement adossée à celle du pays le plus endetté au monde.

C’est ainsi que peu à peu, le Canada remet ses pouvoirs régaliens entre les mains des États-Unis.

D’où la question : le Canada mérite-t-il encore d’exister ?

Références :
Asia’s central banks snap up gold in ‘new normal’ to reduce risk from US dollar
China must cut US treasuries in ‘orderly’ fashion, maintain balance of trade amid rising risks: ex-central bank adviser
Gold Demand Trends Q3 2023
La demande d’or en 2022 au plus haut depuis plus de 10 ans
Le Canada vend ses réserves d’or
Que se passe-t-il en Turquie ? 3 graphiques pour comprendre les enjeux de la chute historique de la livre
Top 10 des pays qui détiennent les plus importants stocks d’or en 2023
USA: la vente record d’actifs par la Chine fait trembler les marchés
Washington impose des droits compensatoires à Bombardier

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectif M.Zuiko 25mm F/1,2 — 1/200 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 25 mm

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au prix que nous payons pour appartenir au Canada, veuillez cliquer sur ceci.

Avez-vous aimé ce texte ?

Prière de choisir un nombre d’étoiles.

Moyenne : 0 / 5. Nombre de votes : 0

Soyez la première personne à voter.

2 commentaires à L’or et la Banque centrale du Canada

  1. André joyal dit :

    « le Canada mérite-t-il encore d’exister ?»

    Question existentielle.

    Question pratique; que signifie Q1, Q2, Q3?

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Il est coutumier de diviser l’année fiscale en trimestres (appelés ‘Quartiles’ en anglais).

      En traduisant les graphiques de ce texte, j’ai oublié de traduire les abréviations Q1, Q2, Q3 et Q4 par leurs équivalents français, soit T1, T2, T3 et T4. Je corrigerai cela dès que j’en aurai l’occasion.

      Merci de m’avoir signaler cette erreur (dont je m’excuse).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

>