Pénuries en vue de médicaments essentiels

Le 28 décembre 2022

Introduction

Le succès d’une lutte contre une pandémie se mesure à son efficacité à limiter sa contagion et à réduire son bilan meurtrier.

La politique chinoise appelée Zéro Covid a été un succès retentissant. Si on compare le nombre de morts par million d’habitants aux États-Unis et en Chine, on peut dire que cette politique a prévenu 99,9 % des morts qui, autrement, seraient survenues en Chine.

De plus, de manière significative, la Chine ne compte pas cette minorité de citoyens souffrant du syndrome postcovid qui plombera en Occident la productivité au cours des années qui viennent.

La contrepartie du succès chinois a été un confinement d’une extrême sévérité qui a été imposé aux régions qui, successivement — surtout dans l’Est du pays — en ont été touchées par la pandémie.

Ce que les médias occidentaux ont omis de dire, c’est que les moyens draconiens pour limiter la contagion ont fait en sorte qu’une bonne partie des régions chinoises n’ont jamais été atteintes par la pandémie.

En conséquence, leurs citoyens n’ont jamais connu de restrictions sanitaires et ont donc vécu normalement tout au cours de la pandémie.

Voilà pourquoi les révoltes contre les mesures sanitaires sont apparues uniquement dans les villes côtières, frappées à répétition par la pandémie.

La levée des restrictions chinoises

Après la levée graduelle des restrictions chinoises décrétées plus tôt ce mois-ci, on enregistre une explosion de la contagion, estimée à 37 millions de nouveaux cas par jour et à un nombre cumulatif de 250 millions de personnes contaminées.

Dans les milieux hostiles à la Chine, on se réjouit de ces mauvaises nouvelles qui seraient la preuve, selon eux, de la supériorité des politiques ‘douces’ utilisées en Occident pour lutter contre la pandémie.

Et parce que les nouvelles à ce sujet sont présentées à travers le filtre de la propagande occidentale, nulle part ne semble-t-on prendre conscience que la levée des restrictions chinoises nous mène tout droit vers une pénurie d’analgésiques, d’anti-inflammatoires et d’antibiotiques qui devrait durer quelques semaines, voire quelques mois.

La leçon qu’on n’a pas apprise

Pour tuer le début de pandémie chez elle à la fin de 2019, la Chine a utilisé une quantité massive de masques chirurgicaux, autant pour son personnel soignant que pour sa population en général.

Si bien qu’elle a momentanément cessé ses exportations. Celles-ci ont repris à la mi-janvier 2020.

C’est en février 2020, au cours d’une brève accalmie qui a duré quelques semaines, que l’Alberta a fait le plein de ses réserves stratégiques de masques.

Pendant ce temps, le directeur de la Santé publique du Québec répétait à qui voulait l’entendre que le Covid était moins dangereux que la grippe ordinaire…

Après la mort de centaines de médecins italiens causée par le manque de masque, tout l’Occident s’est rué sur la production chinoise de masques.

Ce qui a provoqué une nouvelle pénurie au cours de laquelle certains pays riches employaient, sur le tarmac des aéroports chinois, des pirates mandatés pour détourner à leur profit les cargaisons de masques destinées à d’autres pays.

C’est seulement vers mai 2020 que les approvisionnements sont revenus à la normale.

Retour vers le futur

Dans les régions chinoises les plus atteintes depuis peu par la pandémie, les pharmacies manquent déjà de préparations pharmaceutiques pour adulte contre la fièvre et contre l’inflammation, de même que de tests diagnostiques.

Au Japon, à Taïwan et à Singapour, les expatriés chinois se ruent sur les pharmacies de ces pays pour expédier ces médicaments à leurs parents demeurés en Chine.

Et ce, non pas parce que ces derniers manquent d’argent pour en acheter, mais parce que ces médicaments sont devenus introuvables.

Déjà la Chine limite ses exportations de tests. Ce n’est qu’une question de jours, sinon de semaines, pour qu’un embargo soit imposé à l’exportation des médicaments les plus utilisés contre la pandémie.

Or il faut savoir qu’il arrive souvent qu’une pneumonie causée par le Covid-19 se complique d’une surinfection bactérienne. En pareil cas, il est nécessaire d’utiliser un antibiotique.

Il faut donc anticiper que l’embargo chinois concerne non seulement les médicaments contre la fière (ex.: Tylenol™) et contre l’inflammation (ex.: Motrin™), mais également des antibiotiques utilisés chez nous contre toute une panoplie d’infections menaçant la vie.

En somme, la pénurie qu’on connait déjà au sujet de certains médicaments pédiatriques risque de s’étendre à leurs équivalents pour adulte.

En raison des pénuries actuelles en Chine, il est trop tard pour constituer chez nous des réserves stratégiques à partir de ce pays. Mais il faut savoir que l’Inde est l’autre grand pays où on a délocalisé la production de nos médicaments.

Qui doit bouger maintenant ?

La responsabilité de constituer des réserves stratégiques n’est pas limitée aux pays; une province peut agir de son propre chef, comme l’illustre le cas de l’Alberta au sujet des masques chirurgicaux en février 2020.

Mais ouvrez toutes grandes les pages de votre quotidien : où voyez-vous un seul gouvernement en Occident qui a compris les implications de l’abandon de la politique Zéro Covid en Chine pour sa propre population ?

Références :
Au Québec, la grippe saisonnière est plus à craindre que le coronavirus, dit Dr Arruda
Chine : les médicaments contre la fièvre et le rhume se raréfient
Covid-19 : l’utilisation ‘judicieuse’ des masques
Covid-19 : ruée des expatriés chinois sur les médicaments contre la fièvre et les maux de tête
Isoler les régions en temps de pandémie : l’exemple chinois
Les pénuries de médicaments
Pénurie des médicaments : inaction du gouvernement Harper

Paru depuis : L’aggravation de l’épidémie de Covid-19 en Chine fait craindre des pénuries de médicaments en France (2022-12-29)

Avez-vous aimé ce texte ?

Prière de choisir un nombre d’étoiles.

Moyenne : 0 / 5. Nombre de votes : 0

Soyez la première personne à voter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
>